Back to top
Mantelle Dorée © MNHN - F-G Grandin

Préserver les mantelles dorées à Madagascar

Première étape d’un projet de réintroduction des mantelles dorées à Madagascar : l’étude de leur chant, élément clé dans la reproduction de cette espèce.
 

Le projet de réintroduction des mantelles dorées à Madagascar

La situation  de  la mantelle dorée (Mantella aurantiaca) -  cette petite grenouille orange endémique de Madagascar - est particulièrement préoccupante : il n’en resterait que quelques centaines sur une aire de 10 km2 au centre-est du pays. Pour sauver cette espèce, des efforts internationaux visent à renforcer les populations locales en réintroduisant des populations issues des zoos. Afin de valider la viabilité de cette action de conservation in-situ, des études préalables sont nécessaires.
 

Pourquoi étudier le chant des mantelles dorées ?

Pour étudier la viabilité de ce projet de réintroduction, une des questions qui se posent concerne le chant des mantelles dorées qui joue un rôle important pour la reproduction de cette espèce puisque c’est ainsi que le mâle attire les femelles :

  • Est-ce que les mantelles sauvages et les mantelles issues des zoos chantent toujours de la même façon ? Leur reproduction est-elle donc toujours possible ?

Morgane Sowinski s’est penchée sur cette question pendant son stage de Master 2 Écologie de la conservation et ingénierie écologique : recherche et expertise du Muséum national d’Histoire naturelle, réalisé sous la direction d’Olivier Marquis, spécialiste de l’écologie du comportement des reptiles et amphibiens, et gestionnaire de collection au Parc zoologique de Paris.
 

Les premiers résultats

Concrètement Morgane a réalisé son étude à partir d’enregistrements des chants de deux populations de mantelles issues des zoos et deux populations in-situ.
 
Voilà ce qu’elle a constaté :

  • Les chants des deux populations de mantelles sauvages sont différents. Il est donc probable que la population de mantelles sauvages dont le chant a évolué ne pourra peut-être plus se reproduire avec d’autres groupes de mantelles sauvages. Cela pourrait avoir pour conséquence l’enclavement de ces mantelles ce qui les fragilise encore plus.
  • Les chants de l’une des deux populations sauvages de mantelles semblent être toujours identiques et compatibles avec celui des mantelles issues des zoos, ce qui laisse espérer un renforcement possible de cette population.

Ces résultats restent à confirmer par des études complémentaires car il s’agit des tout premiers travaux sur ce sujet qui n’ont portés que sur un petit échantillon de mantelles.
 

Parrainer les animaux du zoo

Pour contribuer à la protection des espèces menacées, comme la mantelle dorée, vous pouvez soutenir nos actions en participant à notre programme de parrainage.