Back to top
Raie masquée à points bleus au Parc zoologique de Paris © MNHN - F.-G. Grandin

Une raie rejoint l’aquarium du Parc zoologique de Paris

Arrivées d’animaux

Notre aquarium récifal accueille désormais un nouvel habitant : une jeune raie masquée à points bleus !

Une petite femelle née en novembre

Notre raie est née au Burgers' Zoo d’Arnhem aux Pays-Bas, un pionnier en matière de reproduction des espèces marines en captivité.

Elle fait partie du Programme européen d’élevage (EEP) « Blue Spotted Masked Ray » qui compte entre 60 et 80 individus répartis dans différents zoos et aquariums. Une quinzaine de raies masquées à points bleus ont vu le jour en 2019, dont cette petite femelle en novembre.

Avant de confirmer sa venue, nous avons attendu qu’elle passe la délicate période du nourrissage juvénile, moment de fragilité où le jeune animal finit de puiser dans ses réserves et doit se nourrir de ce qu’on lui dépose sur le fond sableux.

Raie masquée à points bleus au Parc zoologique de Paris © MNHN - F.-G. Grandin
Raie masquée à points bleus au Parc zoologique de Paris © MNHN - F.-G. Grandin
Raie masquée à points bleus au Parc zoologique de Paris © MNHN - F.-G. Grandin

Gare à ses aiguillons !

Reconnaissable à ses jolies taches, la raie masquée à points bleus (Neotrygon kuhli ou Neortrygon caerulopunctata) vit près des récifs coralliens des océans Indien et Pacifique. Elle utilise le fond sableux comme ressource pour se déplacer et manger. Carnivore, elle se nourrit notamment de crabes et de crevettes.

Attention, cette espèce est venimeuse : elle dispose de deux aiguillons qui injectent un venin douloureux. Néanmoins, il s’agit d’un ultime mécanisme de défense, qu’elle n’utilise pratiquement jamais !

Nourrissage de la raie masquée à points bleus © MNHN - F.-G. Grandin
Nourrissage de la raie masquée à points bleus © MNHN - F.-G. Grandin
Nourrissage de la raie masquée à points bleus © MNHN - F.-G. Grandin

Menacée d’extinction ?

Cette raie est la quatrième espèce d’élasmobranches présentée au Parc zoologique de Paris, les trois autres étant les raies d’eau douce, les roussettes et le requin bambou. Nous souhaitons ainsi souligner les dangers qui pèsent sur les raies et requins, dont plus du tiers des espèces est menacé d’extinction à court terme.

L’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) ne dispose pas de données assez fiables pour pouvoir classer le degré de menace de la raie masquée à points bleus dans le milieu naturel.

Envie de contribuer à la préservation des espèces menacées ? Parrainez notre aquarium récifal !

En savoir plus sur l’aquarium récifal

Vous aimerez aussi